Améliorer la santé et réduire les comportements à risque  
     
  La recherche concernant l’impact des salles de shoot sur les comportements à risque souffre de quelques lacunes courantes. Les déclarations non confirmées concernant l’hygiène et la propreté, ou la prise de « moins de risques », sont difficiles à quantifier, et par conséquent servent de faibles bases pour une évaluation. Ce qui est flagrant également est l’absence de références qui permettraient une évaluation du changement. Il serait utile de connaître la proportion des injections faites avec du matériel neuf non utilisé précédemment, en comparaison avec ce qu’était cette proportion avant l’introduction des salles de shoot. Comme démontré, ces études sont incapables d’évaluer concrètement le changement des modes de comportements à risques, et pire encore, de confirmer si ces changements sont le résultat des salles de shoot.

Et qu’en est-il des effets des salles de shoot sur le niveau de consommation de drogue ? Au risque d’entrer, même brièvement, dans le bourbier rhétorique qui entoure les salles de shoot, il est difficile de réfuter l’affirmation selon laquelle les améliorations de santé à long terme sont mieux assurées par la réduction de la prise de drogue. Remarquablement, quelques études ont abordé ce sujet, et très peu connaissent les effets des salles de shoot sur la prise de drogue postérieure. Une raison pour cette hésitation à explorer cette relation est peut-être due au fait que le peu qui est connu donne une image lugubre.